28 juin 2015

D'île et d'elle

    Il rêve d'île il rêve d'elle du  goût de ces baisers poivrés cueillis au creux de ses aisselles Il rêve d'île il rêve d'Eve de l'Eden et de ses vergers gonflés de figues succulentes Il rêve de lèvres mouillées lissant une hampe extasiée il rêve de sa sève en elle … Patient il compte les marées et sur son île désertée iI vit sa vie de naufragé.  
Posté par amibrett à 18:14 - Commentaires [4] - Permalien [#]

17 juin 2015

Une gare

  Une gare où s’enroue l’écho d’une comptine Une gare où s’éteint le clair éclat des rires que nargue le hoquet de l’horloge chagrine   Une gare glacée mes mains gantées de vide sans forces pour lever tout le poids du silence   Glissant le long d’un rail l’œil rouge de l’absence palpite comme un cœur dont on brise les liens   Cri muet sur un quai de larmes qu’on retient Une gare écran noir où s’inscrit le mot FIN
Posté par amibrett à 09:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 juin 2015

Viole de nuit

   Dans la pénombre où danse la flamme d’une viole tu réchauffes les insomnies berçant leurs molles inquiétudes d’une mélodie tendre et sans âge   Musique savante et complice à l’orée du silence maquille du présent la pesante démarche   Lisse le front usé des nuits trop blanches qui s’enlisent au décompte des heures   et tisse dans tes plis un cocon de douceur
Posté par amibrett à 10:46 - Commentaires [2] - Permalien [#]
03 juin 2015

Matin de juin

  Matin allègre les grelots des digitales se balancent en égrenant des cris d’oiseaux au bord des chemins en partance.   Matin gonflé de joie légère pinceau du vent dans les blés verts qui muse parmi les épis jaspés de lapis-lazuli et de rubis sous le ciel clair.   Echos d’école buissonnière aux lèvres tendres des coteaux   Juin dévale vers la rivière cartable sautant dans le dos et se couche dans les roseaux pour boire à longs traits la lumière.
Posté par amibrett à 08:55 - Commentaires [1] - Permalien [#]
30 mai 2015

Palmyre

  Quand tombe le soleil entre ses colonnades Palmyre s’agenouille à l’étape du soir chamelle  consternée sous le bât de l’histoire ployant sous la menace aveugle du djihad   Le souvenir voilé des méharées s’écaille parmi les os blanchis de son précieux squelette pour lequel  en tremblant le monde entier s’inquiète l’imaginant crouler sous les tirs de mitraille   Mais cet enfant qui fuit les ruines ensablées qui lui accordera   l’asile et le soutien ?   Il n’est rien qu’un... [Lire la suite]
Posté par amibrett à 09:40 - Commentaires [4] - Permalien [#]
23 mai 2015

Ne cherche pas

  Ne cherche pas à retenir la feuille tremblant sur sa branche la goutte au bec de la clepsydre le rideau qui froisse les masques   Il n’y a rien à regretter le temps n’est qu’un lanceur de graines qui ne choisit pas son sillon et que n’entravent nulles chaînes   Ne cherche pas à retenir les plis de sa robe pourprée la rose est cette tige nue qui se souvient d’avoir aimé   Il n’y a rien à regretter l’hiver tord un buisson d’épines et fait d’un bouquet d’églantines une gelée de gratte-cul 
Posté par amibrett à 13:51 - Commentaires [4] - Permalien [#]

20 mai 2015

Hors d'âge

  Quand nous n'aurons plus d'âge oublierons les usages de nos calendriers  les  gâteaux émiettés et les vins éventés Nous resteront jaunis  quelques sourires flous flammes de nos bougies vacillant en sépia   Quand nous n'aurons plus d'âge pour tenir la cadence de nos valses-frissons nous tenterons encor d'accorder nos violons à la verte patience couronnant de feuillages nos arrière-saisons   Quand nous n'aurons plus... [Lire la suite]
Posté par amibrett à 09:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 mai 2015

Ria d'Etel

  Ria d’Etel chemine l’eau   flâne l’ondine aux frissons clairs ses tresses tordues dans le dos qui vont se déployer en mer   les algues mèchent les chenaux veinent de vert leur somnolence   Griffé du seul cri d’un oiseau l’azur est nappé de silence   Sous des confettis de soleil musarde la rive indécise perdue sitôt que reconquise par la tutelle des marées   Ria d’Etel ourlée de sel le limon des pêches à pied  qui nous suçote les orteils  nous entrave de tiède acier et... [Lire la suite]
Posté par amibrett à 20:31 - Commentaires [2] - Permalien [#]
30 avril 2015

Migraine

  Sous la peau tendue à se rompre de ma tempe explose un tambour la migraine annonce à coups sourds les heures que rien ne dénombre.   Tandis que j’écrase du poing de vertigineuses lueurs au fond de mon œil une fleur vénéneuse larmoie sans fin.   Ombre et silence. Rien ne sourd Hors du massif où je m’enfonce en cédant mon front à ces ronces racleuses d’os qui me labourent.   Le plomb qui me brise la nuque me cloue le crâne à l’oreiller   Et quand éclate la nausée de toute sève et de tous... [Lire la suite]
Posté par amibrett à 17:22 - Commentaires [3] - Permalien [#]
17 avril 2015

cerisier fleuri

  Il est entré par la fenêtre nous éclaboussant de splendeur vibrionnant de la rumeur tendre et sucrée de ses abeilles Nous éclaboussant de splendeur tel une mariée superbe étincelante entre les gerbes et le lin blanc de sa candeur Tendre sucré fredon d’abeilles il a semé sur le tapis une nuée de confetti En enjambant le garde-fou il s'est posé sur nos genoux et nous picote les cheveux les épaules de frissons d’ailes  
Posté par amibrett à 18:09 - Commentaires [5] - Permalien [#]