20170730_103636

 

Elle me raconta son histoire tristement banale. Les enfants partis, son compagnon décédé, elle avait dû vendre sa maison désormais trop grande et le petit appartement qu’elle habitait maintenant ne pouvait abriter l’ensemble de sa collection.

Elle me présentait chaque pièce, évoquant l’occasion, la manière dont elle l’avait acquise. Telle carafe offerte par son époux pour un anniversaire, telle série de petits verres trouvée dans une brocante du côté de Marseille … chaque bulle de verre saumon étincelait dans sa mémoire du  souvenir des jours heureux.

Comme je m’attendrissais « Il ne faut rien regretter, me dit-elle, il faut savoir tourner la page ! » Pourtant, le prix qu’elle demandait de la moindre coupelle me parut plutôt dissuasif pour la clientèle d’un vide-grenier. Elle risquait fort de devoir remballer, ce soir, dans ses cartons, soigneusement emmaillotés de vieux journaux, ses vases et ses flacons finement ciselés.

N’avait-elle pas voulu, juste une dernière fois, caresser de l’œil et du bout des doigts les émotions rassemblées au bas de cette page de sa vie qu’il fallait bien se résoudre à tourner ?