19 février 2016

Dans les recoins du crépuscule

    Dans les recoins du crépuscule où s’entassent nos souvenirs lorsque j’avance tu recules   Notre tango est un grenier peuplé de chevaux à bascule et de sournoises araignées nous tricotant un avenir de vieux enfants dont l’œil s’égare dans la nasse d’un doux délire   Mais tant que nous tenons la barre à quatre mains mon marinier cahin-caha voguons peinards  parmi les ombres du grenier qui flottent dans le crépuscule de notre mémoire extasiée  
Posté par amibrett à 18:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 février 2016

Saint Valentin la tendresse

  C’est la tendresse au doux pelage qui s’installe sur nos genoux comme une bête familière prenant le pas sur l’amour fou   Dans le fauteuil au coin de l’âtre elle s’enroule à notre cou elle réchauffe nos hivers c’est un bijou de quatre sous la fleur de givre à la fenêtre qui enchante les aubes bleues quand la journée peine à renaître engourdie dans ses draps frileux   C’est la tendresse qui désarme délie les nœuds de nos aigreurs avec un sourire une larme elle ravive la ferveur d’un refrain qui... [Lire la suite]
Posté par amibrett à 10:13 - Commentaires [2] - Permalien [#]
11 février 2016

La giguedouille

  Avant de mordre la poussière avant de brouter la racine des pissenlits qui est amère je veux encor sucrer les fraises et semer des calembredaines dans les allées de mon jardin   Tant que mes poules auront des dents j’irai chatouiller l’air du temps sous l’aile des coquecigrues qui me content monts et merveilles   Je ne suis pas de ces grenouilles qui couvent dans les bénitiers Gober des œufs pour l’au-delà ne me tente pas plus que ça   De mes chats gris de mes chagrins je me lave chaque matin... [Lire la suite]
Posté par amibrett à 09:20 - Commentaires [4] - Permalien [#]
06 février 2016

Bouleaux

  Bouleaux luisant aux forêts grises dardant l’éclat de leurs os blancs fragile image que courtise visqueux le noir enlisement    Qui sont ces princes en exil mis aux fers dans la glaise froide  quel crime cloue leurs troncs graciles aux portes des futaies maussades    Vibrant sur des pieds de gazelles on les sent pleins d’exubérances de rêves fous de frissons d’ailes et de velléités d’errances   Lambeaux de parchemin fleuri sous leur écorce se soulèvent des sortilèges des... [Lire la suite]
Posté par amibrett à 12:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 janvier 2016

Chanson d'amour

  Je voudrais sentir sous ma selle vibrer l’élan de mon cheval siffler mes chiens quitter le val glisser nos ombres parallèles contre la joue de la colline   Les chiens fileraient nez au sol mon cheval humerait l’envol goulûment à pleines narines   Et nous irions à perdre haleine coudre là-haut sur le plateau du feston de notre galop les champs les bois avec le ciel   Nous traverserions des hameaux sagement au bord des trottoirs en nous arrêtant aux lavoirs pour souffler quelques ronds... [Lire la suite]
Posté par amibrett à 10:50 - Commentaires [2] - Permalien [#]
15 janvier 2016

Un écrin de flanelles

    Un écrin de flanelles quelques rites précieux habillent cette  femme en sa morte-saison   Sans hâte sur son front les années se sont plu à graver  les sillons de moissons révolues lui laissant dans le cœur la saveur du pain chaud   L’hiver frotte son dos aux vitres embuées il  miaule comme un chat réclamant sa pâtée et fait siffler dans l’âtre une bûche rageuse   Les mailles d’un tricot entre ses doigts cliquètent pianotent leur berceuse à remonter le temps   S’il... [Lire la suite]
Posté par amibrett à 18:21 - Commentaires [1] - Permalien [#]

08 décembre 2015

Rues de décembre

  Les nuits de l’hiver drapent de lumière les rues pavoisées dès cinq heures du soir luisent les pavés le long des trottoirs claviers crépitants martelés de fièvre   En éternuant des feux de Bengale les frontons débordent d’exubérances crachent sans pudeur les salves d’outrances du rêve futile exhibé sans voile   Les piétons piaffant d’impatiences mièvres trottent sous le fouet nerveux des néons se figent soudain quand l’accordéon suspend un refrain naïf à leurs lèvres   Mais la main tendue au ras... [Lire la suite]
Posté par amibrett à 10:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 novembre 2015

Les corbeaux

  Les brumes du bord de l’hiver noient les hublots de nos folies coulant du verre dépoli sur les bois barbelés de fer   des cieux bâillonnés de crachin les corbeaux du bord de l’hiver fondent en craillant leur colère et s’abattent sur nos jardins   leur cruauté est infinie et notre éden fut éphémère au bord du désert de l’hiver ils labourent une agonie   ils ensemencent notre terre du présage de longues nuits la braise étouffe sous la suie au ventre aride de l’hiver
Posté par amibrett à 10:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 novembre 2015

aube grimaçante

  Béant sur une plaie aux lèvres tuméfiées la nuit saigne mordue par l'aube grimaçante   Guenilles de nuages autour des cheminées luisent les crocs des toits souillés d'haleines rances   Clignent des chapelets de quinquets moribonds sur des ombres transies dévidant leurs errances   Le jour va s'étrangler entre deux crépuscules écrasant dans leurs poings des fables éculées   L'hiver a piétiné sa légende dorée et l’a réduite en cendres   S'enivre-t-il encor des braises de... [Lire la suite]
Posté par amibrett à 18:14 - Commentaires [2] - Permalien [#]
11 novembre 2015

Passeur de mémoire

  Il a franchi à petit bruit le pas de porte de l’histoire   À petits pas dans ma mémoire ses mots gravés mordent l’oubli   Il gardait au fond d’un tiroir une ou deux guerres assoupies qui s’embrasaient parfois le soir et crépitaient du feu nourri de ses souvenirs-laminoirs.   À petits pas dans ma mémoire ses mots gravés mordent l’oubli   Il avait roulé sous son lit les beaux drapeaux jubilatoires et les armistices fleuris que l’on déploie ostentatoires arrogants comme des défis   ... [Lire la suite]
Posté par amibrett à 10:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]