26 janvier 2018

Les étrennes du vent

  J’ai allumé un feu pour que chante le vent   Que les os de l’hiver crépitent sous sa dent qu’il oublie de se plaindre et cesse de mugir aux quatre coins de l’ombre autour de ma maison !   Dans l’âtre cajolant la bûche il postillonne sifflote une romance à coups de langue rousse pique dans ses cheveux des brins de doubles croches tandis qu’elle blêmit sur son divan de braises   J’ai allumé un feu pour que chante l’hiver   Pelotonné sous l’œil complice des tisons le vent s’est assoupi et... [Lire la suite]
Posté par amibrett à 10:33 - Commentaires [2] - Permalien [#]

10 janvier 2018

Faim de vie

  Une grappe de raisin une fable                  sans dessein une question                  sans réponse goutte à goutte s'entretient                  cette soif du lendemain   Jusqu'à son dernier mensonge la vie enfonce son coin dans nos cœurs en bois de songe   Qu'il... [Lire la suite]
Posté par amibrett à 18:48 - Commentaires [2] - Permalien [#]
30 décembre 2017

Solstice d'hiver

  Aux lèvres du jour qu’on croyait mourant c’est une seconde à peine ébauchée un pas de côté à l’est esquissé par un soleil mièvre et convalescent   Taraudant le noir de la nuit des temps s’éveille l’espoir timide lueur dans l’œil d’un enfant 
Posté par amibrett à 12:04 - Commentaires [1] - Permalien [#]
10 décembre 2017

Mélancopluie

  Entends entends soudain chiffonnant le silence le chant gris de la pluie qui chuinte sur les toits glousse dans les gouttières glisse du bout des doigts au cœur des fleurs l'amer d'un monde qui se noie   Entends entends la pluie qui referme la porte et qui gratte au carreau son refrain de cloporte Entends la sale pluie qui cause à petit bruit  narquoise avec l'ennui   L a vitre flagellée de ragots s'effiloche entre râle et sanglot Sur ta page s'ébrouent quelques phrases bancroches en un... [Lire la suite]
Posté par amibrett à 16:59 - Commentaires [2] - Permalien [#]
03 décembre 2017

Jeu de l'oie

  une OIE se dandinait oiseuse sans consonne sous ma plume rétive elle traînait atone avec le bec dans l’O ses voyelles douçâtres Il eut suffi pourtant d’un J pour l’égayer changer en feu de JOIE ce jeu de l’oie maussade 
Posté par amibrett à 10:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 novembre 2017

Les hortensias

    Glorieux prélats les hortensias sont au bord de l’apoplexie parés de pourpre cardinale apothéose en camaïeu donnent un dernier festival dressant les mauves et les bleus autour d’un somptueux festin où se diluent des lies de vin avec la rosée du matin 
Posté par amibrett à 12:10 - Commentaires [1] - Permalien [#]

21 novembre 2017

De l'aurore aux doigts gourds ...

    Sur un ciel en bataille qui s’enfuit à vau-l’eau un voile de grisaille déroule ses lambeaux   les griffes des sapins s’accrochent aux guenilles imbibées du crachin dont novembre s’habille   De l’aurore aux doigts gourds suinte un lent crépuscule à peine né le jour éreinté capitule sans avoir combattu s’effondre sur ses braises   mais le soleil têtu alors que tout lui pèse avant de disparaître d’un clin d’œil goguenard épingle à nos fenêtres une lueur d’espoir   21 11... [Lire la suite]
Posté par amibrett à 11:48 - Commentaires [3] - Permalien [#]
19 novembre 2017

Pops

  ton élan s’est brisé sur le seuil de l’hiver quelques tessons épars   émaillent les allées de mon jardin transi et je t’entends gratter aux portes mal fermées de ma mémoire en miettes   les aubes amputées du rythme de ton pas et les soirs dépouillés des rêves pelucheux qui peuplaient ton sommeil tendent un crépuscule d’heure en heure plus froid sur la scène déserte où je marche sans toi   privés de ta tendresse et de ta joie candide les jours vont s’étirer silencieux et vains comme des mains... [Lire la suite]
Posté par amibrett à 16:35 - Commentaires [2] - Permalien [#]
31 octobre 2017

Chauve- souris

  Mi ange mi démon elle a la griffe ailée Pour démasquer la lune et cache entre ses doigts ses timides journées   Glissant au crépuscule des poutres d’un grenier c’est une ambiguïté  née entre chien et loup   Quand elles se déploient ses mains gantées de soie tissent des équivoques entre mélancolie et rêveries loufoques   Dans son petit groin luit l’acier de ses quenottes 
Posté par amibrett à 09:40 - Commentaires [2] - Permalien [#]
11 septembre 2017

La rentrée

  Qu'il serait doux d'entendre les cris de craie des mouettes nous vrillant les tympans sur l'ardoise du ciel   L’odeur des pins froissée par le vent des falaises délivrerait les rues de leur haleine rance   Il serait doux d'oser fleurir nos boutonnières du chardon à l'œil clair qui mitraillait la dune de ses poignées de braise   La semelle au long cours des sandales fanées qui flânaient sur les grèves serait douce à traîner sur le béton des cours   Traçant le mot "rentrée" dans sa coque de... [Lire la suite]
Posté par amibrett à 11:05 - Commentaires [4] - Permalien [#]