10 octobre 2018

Le silence

  Le silence a peuplé de rides le désert et semé des cailloux à la place des mots   Ça et là dans le sable une rose de pierre cherche à sculpter le vent effeuille les échos de ces fêtes anciennes dont la mémoire peine à sauver des lambeaux ... [Lire la suite]
Posté par amibrett à 10:12 - Commentaires [1] - Permalien [#]

02 octobre 2018

Petit matin

  Petit matin tendu de toiles d’araignées aux franges de l’automne emperlées de rosée    Le soleil s’est glissé sous les cils de la nuit et son œil rouge luit en réchauffant la joue poudrée de la colline   Petit matin soyeux dans sa lingerie fine  petit matin matois jouant de l’illusion d’un été s’attardant bien plus que de raison    Petit matin radieux parfum de la fumée qui monte du village à l’heure du café   
Posté par amibrett à 18:13 - Commentaires [2] - Permalien [#]
21 septembre 2018

L'été des ganivelles

  Plage livrée par lots sur des carrés d’éponge le bonheur est en solde entre les parasols !                      Au rayon produits-frais carpaccio saisonnier l’océan se détaille en minces vaguelettes                Du parking au rivage sous le laser brûlant d’un soleil outrancier courent les ganivelles ... [Lire la suite]
Posté par amibrett à 10:14 - Commentaires [2] - Permalien [#]
03 septembre 2018

Lumière de septembre

  Lumière veloutée brodeuse de paresse succédant à l'ogresse fougueuse de l'été le soleil de septembre a l’échine élastique du chat rentrant au gîte d’une démarche oblique   Lumière apprivoisée buveuse de caresses qui ne se cogne plus contre les volets clos mais rampe avec adresse coulant l’or de son dos sous l’armoire percluse dont craquent les vieux os   Lumière pacifiée traînant ses derniers feux avant de disparaître guettée par l'ombre bleue tapie sous la fenêtre  
Posté par amibrett à 10:05 - Commentaires [1] - Permalien [#]
25 août 2018

La Sée

  D'où vient-elle déliant le flot de ses cheveux dans les ors de la baie buveuse de lumière ?   Sinueuse elle suit son cours à pas menus étire son chemin vers l'infini soyeux   La vagabonde luit parée de toutes grâces le soleil émiettant sa robe décousue nous dévoile sa chair qu'elle a naïve et bleue   Fut-elle sage épouse offerte à la tiédeur des limons de son lit ou frivole qu’enlacent d’arche en arche envoûtés tous les ponts enjôleurs ?    Le temps d’offrir son chant aux... [Lire la suite]
Posté par amibrett à 11:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 août 2018

Nuit d'été

  Sur la peau de la mer frissonnait la lumière en rides rouges  bleues et or reflets du port.   La nuit vibrait encore de l’écho d’une fête et tu courais pieds nus sur la peau de la plage.   Ourlant d’écume ton sillage tes rires en festons brodaient de galaxies le grand corps mou de l’ombre  
Posté par amibrett à 16:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 août 2018

Le triton

  Pour cette tendre chair la mer se fait câline divague à petits coups de langue,  la féline lèche la pulpe tiède de ce fruit qui renoue, petit triton rieur, avec ses origines.
Posté par amibrett à 10:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 août 2018

Odalisque

  La mer s’est délestée de toutes ses guipures les repoussant du pied, mollement sur la plage. Il est midi, la dune enfle un édredon sage au chevet de sa muse endormie sans parures.   Son genou s’écartant vient heurter un haut-fond une morve d’écume en témoigne, s’émiette sans arracher la belle à sa torpeur muette ni ravir un soupir à son sommeil profond.   La mer a quelquefois la chair lisse et huilée d’une grande odalisque indolente et hâlée que l’ardeur du soleil écrase en son alcôve.   On... [Lire la suite]
Posté par amibrett à 11:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 juillet 2018

Averse

    C’est la gifle d’une aile qu’un coup de vent déplie avant de trépigner sur les toits c’est la pluie qu’avalent les gouttières          goulûment                  à grand bruit . C’est le jardin soudain        voilé de draperies                 les roses accablées ... [Lire la suite]
Posté par amibrett à 17:14 - Commentaires [2] - Permalien [#]
20 juillet 2018

Coquelicots

  Coquelicots légers giclez le long des routes ! Implacable boucher qui saigne tout à blanc l’été sur son billot vous sème à grosses gouttes   Coquelicots légers giclez le long des routes ! Sous le couteau brûlant du soleil qu’on redoute étoilez les talus de vos taches de sang   Coquelicots légers giclez le long des routes émaillez nos parcours de vos cris éclatants.
Posté par amibrett à 17:43 - Commentaires [1] - Permalien [#]