11 novembre 2014

Petits poilus

  Liste en  forme de poème vos prénoms qui n’ont plus cours s’inscrivent au cœur du bourg les pieds dans les chrysanthèmes   Petits poilus qu’on salue Ernest  Alphonse et Eugène vous aviez quoi, la vingtaine en quatorze, à peine plus   Fiers gamins que la bataille devait rendre triomphants pour Noël à vos parents   Léon Victor et Fernand dans vos médaillons d’émail vous souriez si confiants !
Posté par amibrett à 08:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 novembre 2014

Clic-clac city

  Claque  l’éclair de l’élastique d’une jarretière pincée le temps d’un flash photographique sur une cuisse éclaboussée par l’œil d’un mâle médusé   Déjà la jupe est retombée et s’éloignent énigmatiques -Ô  musique mélancolique- des pas pressés sur le pavé d’une ville aux néons lubriques   Roulant des hanches erratiques la nuit crépite cravachée sur ses talons saigne électrique un carrefour galvanisé il suffirait pour l’enflammer d’un rien de regard un déclic  
Posté par amibrett à 12:06 - Commentaires [5] - Permalien [#]
08 novembre 2014

L'éclopée

  Au petit malheur au petit bonheur la chance a tourné sur l’écran des heures et cette poupée qui n’a plus de bras qui n’a plus qu’un œil ferait presque peur   Elle fut pourtant aimée autrefois elle fut jolie chérie dorlotée berceuses comptines au creux de l’oreille insufflaient la vie à son corps de bois   Pour quelle infamie fut-elle rasée quels chemins d’exils a-t-elle courus sur ses pieds rompus qui ont disparu   Au petit malheur au petit bonheur le temps l’a serrée trop fort sur son... [Lire la suite]
Posté par amibrett à 18:16 - Commentaires [1] - Permalien [#]
06 novembre 2014

Enfantines

Ainsi font font chacun leur tour les pantins frêles puis s'en vont dansent ensemble un rigodon ou la pavane c'est selon   Ils avaient la cuisse légère ou le pas lourd c'était hier on les a déjà oubliés ils ont glissé dans la poussière   Impatients d'entrer dans la ronde et de ramasser les lauriers                 d'autres s'en viennent par milliers avec leurs... [Lire la suite]
Posté par amibrett à 09:24 - Commentaires [1] - Permalien [#]
05 novembre 2014

Fougères

  Au cou des routes collier d’ambre rousses fougères rebroussées par un soleil rasant la nuque des talus talonnant mes doutes.   Où mène l’ambre de ces routes mordues de ronces et d’errances ?   Parée de mornes redondances la vie n’est plus qu’une apparence.  
Posté par amibrett à 17:37 - Commentaires [1] - Permalien [#]
05 novembre 2014

Un chanteur-poète qui m'accompagne depuis plus de trente ans

Jean vasca Le blues des brumes
Posté par amibrett à 12:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 novembre 2014

Petit matin

    Petit matin tendu de toiles d’araignées aux franges de l’automne emperlées de rosée    Le soleil s’est glissé sous les cils de la nuit et son œil rouge luit en réchauffant la joue poudrée de la colline   Petit matin soyeux dans sa lingerie fine  petit matin matois jouant de l’illusion d’un été s’attardant bien plus que de raison    Petit matin frileux parfum de la fumée qui monte du village à l’heure du café  
Posté par amibrett à 09:07 - Commentaires [1] - Permalien [#]
03 novembre 2014

Courir c'est mourir un peu

    Je cours je cours après le temps perdu car bien plus lièvre que tortue pour une sieste sous les pins j'ai des faiblesses dans le râble   Je cours en dilettante convaincue qu'on passe au cou de la tortue l'or des médailles et leur enfer moi j'ai l'Olympie buissonnière   Je cours mais ni vu ni connu si  je n'ai pas eu le courage ni les vertus de la tortue j'ai savouré entre deux trains entre deux bonds le paysage je n’en suis pas encor repue
Posté par amibrett à 11:34 - Commentaires [1] - Permalien [#]
03 novembre 2014

Le jeu de dieu

    Si je me prenais au jeu sous le porche des promesses je vendrais mon âme à dieu l’espoir vaut bien une messe   Sur la terre comme au ciel si je me prenais au jeu j’égrènerais des noël pour des moineaux souffreteux   Du front d’un monde lépreux je laverais les injures si je me prenais au jeu dans un bénitier d’eau pure   Mais pardonnant les offenses du barbon à l’œil vicieux je condamnerais l’enfance en me prenant à ce jeu
Posté par amibrett à 09:30 - Commentaires [1] - Permalien [#]
02 novembre 2014

Festins de fleurs

  Aux portes de ce jardin tous les fleuristes du monde viennent nous tendre la main et repeindre nos chagrins   Carrousel enjuponné d'un étrange carnaval camaïeux de têtes rondes l'ocre épouse le carmin   Jeu des chaises musicales cyclamens et chrysanthèmes convolent dans les allées banquètent autour des dalles   Farandole des vivants accolades et baisers sur le ventre des défunts crissent les graviers du bal   Ni corolles ni parfums rien ne trouble  ne... [Lire la suite]
Posté par amibrett à 09:11 - Commentaires [1] - Permalien [#]