26 mars 2015

Chuchillements de saison

  Insensible au chuchillement délicat des sèves nouvelles l’hiver fripé dans ses flanelles meurt nauséeux d’un bâillement   l’air est peuplé de frissons d’ailes romances et menus rondeaux crépitent parant d’étincelles les bosquets piquetés d’oiseaux    Avec un sourire enjôleur le vieux cerisier se déhanche le printemps plume une avalanche et s’égosille de couleurs   Derrière un nuage on devine la roue d’un soleil facétieux poussé par la brise marine vers le char des étés radieux 
Posté par amibrett à 18:14 - Commentaires [4] - Permalien [#]

21 mars 2015

De lierre et de rouille

                                                     (Fours à chaux de Lormandière)  La friche frémit pare sa dépouille de lierre et de rouille   Où l’homme domptait de son poing de fer des chevaux-vapeur mousses et fougère suivent en douceur les sentes tapies sous les aubépines   Et la vieille usine ceinte de  broussailles brode son béton de fleurs de rocaille  ... [Lire la suite]
Posté par amibrett à 11:03 - Commentaires [2] - Permalien [#]
16 mars 2015

Prélude

  Dans les plis de ses cotillons la terre étreint sa joie profonde la conviction d’être féconde au plus secret de ses sillons   La terre épouse le frisson des sèves grasses que réveille le premier fredon d’une abeille qui chancelle au cœur d’un buisson   Au bord du champ la haie chemine ses chênes les genoux gercés pétrissent à pleines racines le noir talus tout engoncé dans sa pèlerine de lierre   De gros bourgeons pleins d’invectives éclatent suant de concert   Des sources naissent ... [Lire la suite]
Posté par amibrett à 15:49 - Commentaires [8] - Permalien [#]
08 mars 2015

Le mimosa

  Le mimosa éternua ses gouttelettes de lumière éclaboussa de coton fou la toison grise de l'hiver   Le mimosa osa ma foi clamer caduque la saison frileuse au coin de ses tisons   En explosant le mimosa brisa dans un éclat de rire mille soleils sur l'horizon cachant Orion* dans ses chaussons   *Orion : C'est la plus belle des constellations du ciel d'hiver. En Janvier, elle culmine au méridien sud vers minuit. Au début du printemps, la constellation d'Orion penche doucement vers... [Lire la suite]
Posté par amibrett à 09:52 - Commentaires [2] - Permalien [#]
04 mars 2015

Amours-agrumes

  Parfum de térébinthe un zeste d'amertume saveur acidulée de notre étreinte-agrumes   Caresse-moi sanguine frisson de fruit givré aimons-nous mandarine et gingembre poivré   Baise-moi citron vert offrons-nous la secousse d'un nectar-pamplemousse   déroulons nos écorces baldaquin-clémentine le ciel de notre lit s'étoile carambole  
Posté par amibrett à 18:16 - Commentaires [6] - Permalien [#]
02 mars 2015

Printemps bec et ongles

  Claque le bec du sécateur pic épeiche de bon augure dont la brèche dans la ramure fouette le sang   Pan sur le bec    jolie figure Tu as beau compter en printemps les années brodant leurs blessures sous un fin réseau de guipure figent ton sang   Claque du bec   vieillard tremblant pauvre sarment sec et cassant   jetant son ombre au pied du mur   un corbeau de mauvais augure glace ton sang   Clouons le bec à ces terreurs  reprenons notre sécateur avec les... [Lire la suite]
Posté par amibrett à 11:30 - Commentaires [3] - Permalien [#]

26 février 2015

Le chardonneret

Le Chardonneret - Carel Fabritius (1654)   Sur l’ocre pâle du crépi dans les maillons de sa chaînette tinte la mélodie muette du captif, sa mélancolie.   Chardonneret, dans ton habit d’arlequin, au sort tu tiens tête et gardes ta peine secrète, ta pupille lance un défi.   Et je revois ma vieille mère se cramponnant à son fauteuil comme toi recluse et amère   elle avait perdu la parole mais dardait en haussant le col ce même éclair, du coin de l’œil.
Posté par amibrett à 18:04 - Commentaires [4] - Permalien [#]
24 février 2015

Le poing du jour

  Le poing du jour frappe au carreau pluie de graviers perçant mes os craque grincheuse l’allumette d’une aube embusquée sous sa couette   La nuit fut grise plus que blanche elle me laisse dans la hanche une raideur de tisonnier qu’il va me falloir dérouiller   La nuit lente à se consumer rougeoit on s’est bien mal aimées même le chat fait le gros dos bâille à s’en déchausser les crocs   Le poing du jour cogne à ma porte je me sens l’âme d’un cloporte
Posté par amibrett à 10:22 - Commentaires [1] - Permalien [#]
19 février 2015

Une vieille poule

Les vieilles- Goya  Lissant  la plume et le duvet de sa toilette virginale tintent gaiement ses osselets parés de bagues d'affiquets   Son cou décharné son corsage ont l'arrogance d'un bréchet mais le giron de la géline s'est asséché de tout attrait   Ayant craché toutes ses dents quand elle glousse son menton flirte avec son nez crochant un bec extravagant à sa frimousse   Dans l'étoupe de ses cheveux Cupidon moqueur a fiché une flèche des plus caustiques servant de crête à sa beauté ... [Lire la suite]
Posté par amibrett à 17:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 février 2015

Les éoliennes

  Tout ce qui passe vole et fuit brassé au cœur du paysage fredonne dans leurs vastes ailes ronronne au vent    Comme les fileuses d’antan plantées sur le bord des falaises entre leurs doigts tordent le vent   Nonchalantes les éoliennes ancrent les rêves des migrants aux cerfs- volants des jeux d’enfants voués au vent         Leurs grands troupeaux sur l’océan pâturent parmi les brisants enracinés dans les courants broutent le vent   Elles moulinent des... [Lire la suite]
Posté par amibrett à 10:32 - Commentaires [2] - Permalien [#]