08 avril 2017

Ce jardin

  Ce jardin qui s’apprête tel au port un voilier à prendre le printemps comme on prendrait la mer cet impatient jardin tendu vers son été n’est-il jamais lassé de courir la chimère des saisons colliers d’îles sans fin ré-enfilées ? 
Posté par amibrett à 09:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 avril 2017

Ballade du bonheur

Un arc en ciel sous les nuages tire un sourire du teint plombé des jours moroses le bonheur à saute-mouton balaye les orages   écrin moiré d’un courant d’air le bonheur bulle de savon se heurte aux barreaux d’une cage crève vidé de ses chansons   le contenir ou le cerner c’est à coup sûr le condamner au pied du mur où il grelotte le sol se couvre de grêlons
Posté par amibrett à 12:35 - Commentaires [2] - Permalien [#]
01 avril 2017

A rebrousse-matins

  On the road nuages Pèlerins éclatants à rebrousse-matins déroulez vos écharpes suspendez vos besaces à l'épaule des vents   On the road nuages Oubliez les falaises de Douvres d'Etretat oubliez cette mer morne qui enfanta les langueurs pelucheuses de vos haleines vierges   Ultreïa baroudeurs Pour vous chantent au loin de blondes Lorelei dont les peignes d'écaille lisseront vos crachins   Pour vous roule là-bas l'accent des Babouchka qui bercent des flocons dans les plis de leurs voix ... [Lire la suite]
Posté par amibrett à 10:22 - Commentaires [4] - Permalien [#]
21 mars 2017

Images

    Tandis que des fantoches à leur clinquant s’accrochent étalent frénétiques leurs talents d’enfumeurs   gueule ouverte Mossoul sur ses chicots en ruines   endure sa douleur succombe sans un cri   comme aux crânes hideux que les corbeaux tracassent  sa mâchoire brisée sous les gravats grimace   je n’ai de cette guerre qu’une image brouillée par la vitre souillée d’un écran de poussière   au gamin consterné qui regarde s’enfuir son enfance estropiée à cette femme en... [Lire la suite]
Posté par amibrett à 09:11 - Commentaires [1] - Permalien [#]
16 mars 2017

Matin d'avril

  L’haleine de la nuit traîne encor sur les champs le soleil glisse un œil au ras de la colline et crible de joyaux la haie dont s’illuminent les troncs cousus de lierre qui somnolaient dolents.   Chaque brin d’herbe sue d’un éclat juvénile   Distillant la lumière au travers de leurs crins deux chevaux jouent le bronze éclabousse leurs reins   Leur accolade explose en un jet triomphant dressé face au soleil célébrant le printemps
Posté par amibrett à 10:46 - Commentaires [1] - Permalien [#]
08 mars 2017

Printemps bougon

  Le printemps siffle un air bougon un  blues accordant sa chanson dans le chalumeau des gouttières   sur la vitre qui tend la joue crépite une volée d’arpèges ... [Lire la suite]
Posté par amibrett à 18:26 - Commentaires [2] - Permalien [#]

24 février 2017

L'orchidée

  Une austère diva déroule sur sa hampe les volutes figées qu’un tuteur lui enseigne cette reine enjôlée aux reflets de la serre s’étiole et se souvient   attentive au frisson qui monte du jardin   elle suspend son rêve à quelque écho lointain   cascadant  follement des futaies primitives elle entend  résonner le rire des toucans leurs clameurs déchirant  l’opéra des forêts babillantes d’eaux vives   la captive s’accroche à des haillons de mousse aux lambeaux somptueux de... [Lire la suite]
Posté par amibrett à 11:04 - Commentaires [1] - Permalien [#]
14 février 2017

Le loir au bois dormant

  frileux le cœur serré sous l’étau de l’écorce les arbres ont pleuré des bourrasques de feuilles résignés à quitter leurs parures de deuil ils sentent se figer la sève dans leurs os   sur la forêt qui s’assoupit raidie dans un sommeil sans rêves décembre a tiré ses rideaux gonflé ses édredons de neige   ignorant nos calendriers loin des chemins de leurs ornières des toits qui fument et des fêtes un loir enfouit sa léthargie  dans la tiédeur de son terrier au plus profond d’une ravine   ... [Lire la suite]
Posté par amibrett à 11:28 - Commentaires [2] - Permalien [#]
04 février 2017

"Bonjour monsieur Gauguin !"

  Cet homme-là n'est pas d'ici Il a beau chausser nos sabots entre les plis de son manteau soufflent les vents d’une utopie vers les Tropiques   Bousculant nos ciels capricieux d’un songe fauve sans frontières   ni compromis il se délivre des ornières et des boues de nos chemins creux   Il va sauter le portillon l'Europe aux mornes parapets n'est plus qu'une femme en corset qu'il rêve nue sous ses haillons peints de lumière   Et moi je reste à la barrière à saluer par un frisson ... [Lire la suite]
Posté par amibrett à 12:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 janvier 2017

Les nuits transies

  Les nuits transies troussées d’étoiles les nuits taillées dans le cristal traînent dans l’herbe des clairières de fins jupons amidonnés que l’aube sucre d’étincelles   La vierge sage qui soupire sous le glacis de ses dentelles fait déguerpir les amoureux l’onglée leur mordant les orteils   L'œil embué sous sa mantille mariée dont la pudeur chancelle la forêt candide grésille rôtie sur les braises du gel   Sur le ciel clair passe une agate bille de glace calot de feu  le soleil bas... [Lire la suite]
Posté par amibrett à 11:33 - Commentaires [3] - Permalien [#]