DSCN3211

 

Comme l’aile d’écume épaulant le navire

Comme un volet qui claque applaudissant le jour

Comme la faim qu’on hume à la porte du four

Comme un drap qu’on retire à l’aube du désir

 

Je voudrais déposer

sur le seuil de ta cour

le bouquet de mes mots

renoncules naïves

arrachées au ruisseau qui froisse ses eaux vives

dans les prairies rêvant les saisons à rebours