Giverny

 

Ébouriffés les chrysanthèmes

bouillonnent

Place du Marché

sous leurs tignasses de rebelles

gronde un concert de voix outrées :

 

« Nous avons beau sur tous les tons chanter la vie

nous embraser

gonfler nos pompons nos chignons en de subtiles variations

japoniser

nos protestations restent vaines

en cimetière nous menez

au seul gala qui nous convienne

vous en êtes persuadés

 

Croyez-vous adoucir l’exil de vos défunts

encalminés sous nos falbalas inutiles

dès demain ils seront fanés

 

Laissez les Parques réchauffer vos trépassés

tisser pour eux le cachemire

qui  drapera leurs os glacés 

 

C’est sur vos tables en bouquets

que nous rêvons d’aller danser  

d’enflammer l’âme des banquets

de nos crinières insensées

 

entre vos murs sous les portraits de vos absents

loin des marbres et des cyprès

nous aimerions planter nos choux

invitez nous »

Image : La salle à manger de Monet à Giverny