lumiere de septembre

 

Lumière veloutée

brodeuse de paresse

succédant à l'ogresse fougueuse de l'été

le soleil de septembre a l’échine élastique

du chat rentrant au gîte d’une démarche oblique

 

Lumière apprivoisée

buveuse de caresses

qui ne se cogne plus contre les volets clos

mais rampe avec adresse

coulant l’or de son dos

sous l’armoire percluse dont craquent les vieux os

 


Lumière pacifiée

traînant ses derniers feux

avant de disparaître

guettée par l'ombre bleue tapie sous la fenêtre