La Sée

 

D'où vient-elle

déliant le flot de ses cheveux

dans les ors de la baie buveuse de lumière ?

 

Sinueuse

elle suit son cours à pas menus

étire son chemin vers l'infini soyeux

 

La vagabonde luit parée de toutes grâces

le soleil émiettant sa robe décousue

nous dévoile sa chair qu'elle a naïve et bleue

 

Fut-elle sage épouse offerte à la tiédeur des limons de son lit

ou frivole qu’enlacent

d’arche en arche envoûtés

tous les ponts enjôleurs ? 

 

Le temps d’offrir son chant aux pales d’un moulin  

et la voilà noyant ses bras dans le ressac

d’une marée troussée d’oiseaux et de pêcheurs

elle goûte grisée

l’âcre saveur des flaques.

 

Entre les bancs de sable ourlés de prés de sel

la naïade s'égare

échappe à toute trace

s’enlise dans la vase où sa trame s’efface

 

On la nommait : La Sée

en baie de Saint Michel.

*La Sée : Rivière côtière de Normandie qui prend sa source près de Chaulieu et se jette dans la baie du Mont Saint Michel après avoir alimenté un ancien moulin à papier reconverti en écomusée.