033

 

Ni vent ni vague

avec la nuit la baie livrée à l’équivoque

sous le rempart bat la breloque

glissements sourds

molles errances

envoûtement de boues rêveuses en mouvance

 

Ni vent ni vague

rampe la mer

palpe les murs

gorgeant de sèves

la grève obscure

 

Ni vent ni vague

la marée berce dans la vase un poing de pierre

serrant dans l’ombre une pépite de lumière 

 

Entre ses doigts

coulées de marches assoupies

vouées aux chats

gris pèlerins

dévots impies