hqdefault

 

Matins lavés par habitude

matins vêtus de lassitude

gantés de riens

chaussés d’ennui

 

Sur les traces d’hier

les chevaux s’en retournent

au manège danser

 

Mal éclairée de rires jaunes

la farce

dans le rond de l’arène  

s’obstine

à pousser son archet

sous le nez de l’Auguste

 

Il faut bien du talent

pour étoiler d’enfance

la piste sur laquelle à petits pas comptés

le temps se démesure en son cadran blessé