robert-doisneau-photo-enfant-la-pendule-1957

 

Frappez tambourins de l’enfance

les vieux rythmes des ritournelles

qui fleuraient l’encre et la poussière

 

Scandé par nos voix de faussets

l’automne avait moins de sanglots

que de billes dans son gousset

 

Le vaste ciel si bleu si calme

cognait de son aile  au carreau

et brodait d’azur nos sarraus

 

Du coin de l’œil nous guettions l’heure

d’aller lâcher sous le préau

le cri des cancres du par cœur 

troublant la quiète méridienne

d’un marronnier qui se berçait

de la musique de Verlaine