22 avril 2017

Elle écrivit longtemps

  Elle écrivit longtemps ses lettres chantaient clair   Alerte et savoureuse elle philosophait en points de suspension épinglait des clins d’œil à ses exclamations soufflait de faux secrets entre deux parenthèses   Ses lignes sinuaient en montant sur sa page se gonflaient de tendresse et de fraîche gaîté   Elle écrivit longtemps puis je vis tituber certains de ses envols - mes yeux … ma petite fille ! elle se raréfiait sa plume tarissait s’allégeant son courrier  me devint plus... [Lire la suite]
Posté par amibrett à 11:36 - Commentaires [4] - Permalien [#]

14 avril 2017

Jardin des anges

  Le dédain vous hausse le col jusqu'à l'ennui jusqu'au vertige ô femmes-tiges aux yeux crevés ! Ourlant vos lèvres minuscules  d'une mélancolie lascive les doigts du peintre  vous maquillent croquent un bourgeon de baiser Fines et fières orchidées vos chairs polies vers lui se penchent Dans son délire se déhanchent vos calices où il vient boire  l'austère gravité des anges   « le bonheur est un ange au visage grave » Amedeo Modigliani Femme rousse 1917  
Posté par amibrett à 16:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 avril 2017

Ce jardin

  Ce jardin qui s’apprête tel au port un voilier à prendre le printemps comme on prendrait la mer cet impatient jardin tendu vers son été n’est-il jamais lassé de courir la chimère des saisons colliers d’îles sans fin ré-enfilées ? 
Posté par amibrett à 09:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 avril 2017

Ballade du bonheur

Un arc en ciel sous les nuages tire un sourire du teint plombé des jours moroses le bonheur à saute-mouton balaye les orages   écrin moiré d’un courant d’air le bonheur bulle de savon se heurte aux barreaux d’une cage crève vidé de ses chansons   le contenir ou le cerner c’est à coup sûr le condamner au pied du mur où il grelotte le sol se couvre de grêlons
Posté par amibrett à 12:35 - Commentaires [2] - Permalien [#]
01 avril 2017

A rebrousse-matins

  On the road nuages Pèlerins éclatants à rebrousse-matins déroulez vos écharpes suspendez vos besaces à l'épaule des vents   On the road nuages Oubliez les falaises de Douvres d'Etretat oubliez cette mer morne qui enfanta les langueurs pelucheuses de vos haleines vierges   Ultreïa baroudeurs Pour vous chantent au loin de blondes Lorelei dont les peignes d'écaille lisseront vos crachins   Pour vous roule là-bas l'accent des Babouchka qui bercent des flocons dans les plis de leurs voix ... [Lire la suite]
Posté par amibrett à 10:22 - Commentaires [4] - Permalien [#]